Les merveilles de la Grande île

Album Nord

Fond marinfond marin 1

Nosy KombaNOSY KOMBA

Nosy Iranjairanja

Tsingy Rougetsingy rouge

AnkarafantsikaAnkarafantsika

LES MERVEILLES DE LA GRANDE ILEJ1-ANTANANARIVO

Bienvenue, Tongasoa à Madagascar. Une fois que votre avion aura atterri à l’aéroport international d’Ivato, relaxez-vous. A l’instant où notre chauffeur accompagnateur vous aura accueillis et pris en charge, sa devise est de faire de votre voyage dans la Grande Ile, un rêve réel de découvertes dont images, émotions, sensations et couleurs enrichiront désormais votre vécu. Vous avez choisi ce circuit mais sachez que nous pouvons toujours vous offrir un circuit sur mesure, adapté à vos desiderata

Après votre transfert et votre installation à l’hôtel, en fonction du temps disponible, vous commencerez votre périple par une visite d’Antananarivo, un petit tour dans la cité des Mille, question de prendre le pouls de la capitale malgache.

Il est ainsi possible de voir :
- la colline d’Analamanga où se trouve le Rova de Manjakamiadana, palais des différents souverains malgaches, actuellement en rénovation, suite à un incendie en 1995 ;
-le Lac Anosy gardé par son célèbre « Ange Doré » et entouré de ses somptueux jacarandas ;
-l’Avenue de l’Indépendance, centre-ville d’Antananarivo, où la modernité cohabite avec une architecture du passé et une ambiance traditionnelle, propre aux quartiers et marchés malgaches.

J2 – ANTANANARIVO – ANTSIRABE

Jour 2. Nous vous emmenons au cœur de la Grande Ile. Notre première destination : la ville d’Antsirabe. Votre chauffeur accompagnateur vous conduira jusqu’à destination via la RN7. Un trajet de 170 km (3 à 4 heures de voiture) vous attend, un trajet pendant lequel vous pourrez contempler la diversité des paysages des Hautes Terres : des rizières aux zébus, en passant par les marchés en bord de route, les villages traditionnels et les spectaculaires masses rocheuses.
Votre guide touristique vous arrêtera d’abord à Behenjy, célèbre pour ses rizières verdoyantes ou couleur or selon la saison, mais surtout pour son traditionnel foie gras. Pendant cette pause, vous dégusterez le foie gras, à la mode « Malagasy », un foie gras frais, de qualité supérieure, au goût velouté et d’une douceur inégalable. Que du bonheur pour vos papilles gustatives...
Arrêt suivant : Ambatolampy, petite ville située à proximité du Massif de l’Ankaratra, le troisième plus haut sommet de l’île culminant à plus de 2500 mètres. Ambatolampy se caractérise par ses paysages atypiques, son agriculture développée, ses nombreux points d’eau et également par la spécialisation de sa population dans les métiers de la fonderie. C’est justement vers un petit atelier de fabrication de marmites en aluminium que nous allons nous diriger pour mieux connaître les habitants de cette ville accueillante.
Puis, nous poursuivrons notre périple en voiture vers la ville thermale d’Antsirabe, pour y passer la nuit et une partie de la troisième journée.

J3 – ANTSIRABE – MIANDRIVAZO

Jour 3. Antsirabe, troisième plus grande ville du pays située à plus de 1400 mètres d’altitude et où les matins d’hiver austral sont sans doute les plus froids du pays mais aussi les plus chaleureux. Ville des pousse-pousse aux couleurs vives, aux décorations et aux noms pleins d’humour, ville à l’achitecture coloniale bien conservée, ville de la quiétude, ville des balades et ville des traditions, Antsirabe ne pourra que vous séduire.
Votre guide touristique vous conduira d’abord au grand marché de Sabotsy. Vous pourrez découvrir l’ambiance d’un marché malgache où les voix se mèlent, où les gens se rencontrent, où les couleurs des différents produits de la terre sont éclatantes et où la récupération donne une nouvelle vie aux objets, entre les mains d’artisans à l’imagination débordante. L’achat du déjeuner, un pique-nique pour faire simple, se fera à ce moment.
Prochaine visite : un petit atelier de miniatures et de cornes, où justement vous pouvez admirer le travail des artisans. Leurs mots d’ordre : originalité et minutie. Leur source d’inspiration : la Grande Ile, l’île de rêve, sa faune, sa flore, son quotidien. Puis, un artisan confiseur nous accueillera pour nous faire goûter à la confiserie traditionnelle malgache.
Nous ne pouvons passer par la ville d’Antsirabe, sans nous rendre au Lac Tritriva, à dix kilomètres. Situé dans un cratère d’un peu moins de 200 mètres de profondeur, ce lac sacré est connu pour les variations de ses couleurs, tantôt vert émeraude tantôt bleu turquoise en fonction de la luminosité. Au bord du lac, deux arbres entrelacés…selon la légende, deux amoureux à l’union impossible se seraient jetés dans le lac pour rendre leur lien immortel, puis ont été métamorphosés en branches. Les mystères du Lac Tritriva en ont fasciné plus d’un. Une visite à ne pas manquer et qui figure sur notre circuit sur mesure.
Début d’après-midi : cap sur Miandrivazo. Vous passerez la nuit dans un hôtel de la ville, avant d’entamer la descente sur Tsiribihina du jour 4 au jour 6.

J4 au J6 – DESCENTE SUR TSIRIBIHINA (137km de long)

Jour 4 au jour 6 : descente sur Tsiribihina, fleuve de 137 kilomètres de long et d’une largeur pouvant atteindre 1 kilomètre par endroit.
Vous serez transféré en 4x4 jusqu’à l’embarcadère de Makiasampy. Pendant la descente, il vous sera possible de découvrir la faune et la flore luxuriantes de la Grande Ile. Les bords de la Tsiribihina vous apporteront ainsi différents types de spectacles, allant de scènes de la vie locale quotidienne, à la magie offerte par la nature. Villages animés par les jeux d’enfants insouciants, falaises impressionnantes aux abords du fleuve, végétation et beaucoup de lémuriens dont l’habitat se trouve sur les rives de la Tsiribihina.
Après la présentation de l’équipage, nous commencerons la descente en pirogue traditionnelle. Pendant la descente, vous observerez les falaises qui se projettent vers le ciel, les villages qui longent le fleuve desquels transparaissent des modes de vie, des pratiques, des histoires, des comportements... A mesure de l’avancée de la pirogue, nous nous retrouverons dans un paysage où la forêt sera de plus en plus présente.
La région est riche en cultures vivrières. Elle cultive aussi des produits de rente comme le tabac. Quelques chalands transportent des feuilles de tabac séchées. Certains ont changé de vocation et préfèrent les touristes.
Il vous sera possible de découvrir la faune : lémuriens, caméléons, chauve souris. Il est plus difficile de voir des crocodiles. S’ils peuplaient le fleuve auparavant, sans cesse dérangés par le bruit des moteurs, ils ont préféré décamper plus loin. La flore luxuriante est toujours intéressante. L’arbre du kapokier sera peut être pour vous une curiosité.
Arrêt à la cascade d’Anosiampela : au programme, baignade dans cette cascade d’une couleur de rêve, en plein cœur de l’impressionnante nature de la Grande Ile. Les villageois viennent à votre rencontre, allument parfois de grands feux de camp. Vous bivouaquerez sur des bancs de sable fin où les piroguiers animeront votre soirée par leurs chants et leur bonne humeur.
Troisième jour en début d’après-midi : cap sur le village de Bekopaka en 4x4 sur 110 kilomètres, soit environ 4 heures de piste. Ce village de l’Ouest se situe au pied des Tsingy de Bemaraha, impressionants massifs de calcaire nés du glissement tectonique provoqué par la séparation de Madagascar du continent africain il y a plus de 160 millions d’années, et classés au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1990.
Un gîte nous accueillera pour la nuit.

J7 – LE PARC NATIONAL TSINGY DE BEMARAHA

Jour 7 : découverte des Tsingy et de leur riche biodiversité. Avec votre guide, vous baignerez dans l’ambiance unique créée par ces imposants blocs de calcaire. Vous effectuerez le « circuit Andamozavaky » ou « Grands Tsingy », pendant 4 heures de marche. Si être entouré par les Tsingy paraît, à première vue, très impressionnant, leur découverte reste toutefois accessible. Le lieu est très bien aménagé pour les visiteurs et sécurisé afin de rendre plus facile la traversée.
C’est donc parti pour la plus inoubliable des visites ! Les Tsingy sont remplis de mystère…car au milieu de ces monuments de calcaire, vivent une faune impressionnante et une flore très particulière. Les lémuriens ont trouvé leur abri dans cet univers spécial : c’est dans les Tsingy que l’on peut dénombrer le plus d’espèces de lémuriens au monde (propithèque, fulvus…). Vous en rencontrerez sur votre chemin. Des oiseaux rares se sont également nichés dans les Tsingy, dont certains endémiques à la zone ouest de Madagascar. La végétation quant à elle, s’est adaptée à son milieu. Entre autres, on trouve ainsi une part de formations végétales spinescentes -c’est le cas où les feuilles prennent un état épineux pour conserver l’eau-, ou encore d’autres formes de végétation qui restent à l’état nain. Plus des trois quarts des espèces répertoriées sont endémiques.
Nous passerons par les passages incontournables de ce circuit : les grottes aux parois ornées de constellations, où l’on distingue encore les traces d’éléments marins et où pénètrent par endroit les rayons du soleil en matinée, le toit du Tsingy, sommet accessible après quelques efforts mais où l’imprenable vue sur la forêt de pierres l’emporte sur toute sensation de fatigue, le belvedère aménagé, le pont suspendu à 70 mètres de hauteur et de 20 mètres de long dont la traversée fait naître un sentiment contradictoire de domination de cet intense paysage mais avec à la fois cette sensation d’être tout petit, minuscule, de n’être rien au milieu de l’immensité des cathédrales de calcaire.
Dans l’après-midi, nous abordons le circuit d’Andadoany ou les « petits Tsingy ». Il s’agit d’un parcours relativement facile, si on le compare à celui des « Grands Tsingy ». A la différence de ce dernier, nous ne plongeons pas ici au cœur des Tsingy mais préférons nous diriger vers les points de vue qui nous permettent d’apprécier la splendeur des hauteurs des Tsingy.
En traversant couloirs et grottes naturelles, nous nous retrouvons au cœur d’une forêt humide. Notre trajet sera ponctué de découvertes variées de la faune des Tsingy : caméléons, lémuriens rares, oiseaux.
Nous découvrons ensuite une ancienne poterie Vazimba, premiers habitants du cœur de la Grande Ile.
Le soir tombé, nous retournons au gîte qui nous a accueillis la veille, pour une nuit de repos bien méritée, mais la tête sans doute remplie d’images inoubliables car la beauté des Tsingy est telle, qu’on ne peut pas la raconter…

J8 – BEKOPAKA – MORONDAVA

Jour 8. Réveil dès l’aube. Nous poursuivons la découverte de la région du Menabe. Cap sur Morondava, pour huit heures de route, soit quelques 240 kilomètres, sur une route de type « piste » et avec deux passages de bac sur la Manambolo et la Tsiribihina !
En route, la diversité des paysages ne manque pas de surprendre. Madagascar est une île de contrastes. Quel sera le prochain paysage, quelles seront les prochaines couleurs ? A chaque détour, de nouvelles impressions, de nouvelles sensations, d’autres émotions…
Les rencontres humaines sont aussi surprenantes . La population locale est toujours ravie que des étrangers viennent découvrir la beauté de sa terre, beauté dont elle n’a peut-être pas toujours conscience.
Nous voici dans la région des baobabs, imposants arbres qui s’élancent à une quarantaine de mètres de hauteur et qui semblent prendre racine dans le ciel. Au tronc en forme de bouteille, ou au tronc fin et gris, chaque variété de baobab a sa part de magie. Aucun mot ne peut décrire le ressenti à la traversée de cette zone, tout particulièrement lorsqu’on est au milieu de la célèbre « Allée des baobabs ». Ici, on a le privilège de rêver tout éveillé… L’espace d’un instant, nous faisons partie du paysage tout comme les charrettes tirées par les zébus, les troupeaux de moutons et les enfants courant dans l’allée.
Baobabs symboliques de ces lieux : le baobab sacré qui pour la population locale est un lieu d’offrandes pour les Ancêtres, et les baobabs amoureux, une série de deux arbres entrelacés qui, selon la légende, porteraient bonheur aux couples d’amoureux qui y viennent.
Le coucher de soleil sur l’Allée des Baobabs est un spectacle unique, grandiose : la rencontre entre l’astre de feu et ces arbres majestueux, tout simplement… féérique.
A la tombée de la nuit, votre guide vous installera à l’hôtel.

J9 – MORONDAVA – BELO SUR MER

Jour 9. Départ très tôt le matin pour le petit village de pêcheurs, Belo-sur-Mer, dans le sud-ouest. 4 à 5 heures de piste en 4x4 nous attendent.
La zone traversée est plutôt sèche malgré quelques points de verdure et les rivières aux alentours.
Nous pouvons parfois croiser des troupeaux de zébus guidés. Encore une fois, la diversité des paysages est saisissante, mais la végétation est ici surtout victime de la sécheresse à laquelle elle tente de résister. Dernière étape : la traversée des salines pour atteindre Belo-sur-Mer. Les salines sont une source de revenus non négligeables pour de nombreuses familles. Le visiteur s’attarde volontiers sur le mode de travail ainsi que sur le spectacle qu’offrent étendues des salines et monticules de sel.
Après votre installation à l’hôtel, nous visiterons le village de Belo, célèbre pour ses chantiers navals de construction de boutres et de goelettes.
Non loin de la mer, les habitants s’attèlent donc à l’ouvrage, sous le regard de leurs enfants qui un jour, prendront sans doute la relève. Le bruit des scies et des marteaux se mèle à la quiétude ambiante et au murmure des vagues. La mer, d’un bleu immaculé, d’une pureté rare, nous rappelle que nous sommes bien sur une île paradisiaque, la Grande Île, l’île de rêve.

J10 – BELO SUR MER – MANJA

Jour 10. Après une nuit passée à l’hôtel sur Belo sur Mer, en route vers Manja, notre prochaine étape ! Nous effectuons cette traversée en 4x4, vu l’impressionnant état de la route, une piste de presque 110 kilomètres.
Ce voyage dure toute la journée. Mais le mauvais état de la route peut s’oublier grâce à la végétation, toujours différente, d’un coin à l’autre de la Grande Île. Ici, la savane arborée étale ses couleurs.
A la fin de la journée, nous atteindrons Manja, notre bourgade d’étape vers la ville de Tuléar, tout au sud-ouest. Manja, un lieu aux caractéristiques typiques Sakalava. Un gîte nous accueillera pour la nuit.

J11 – MANJA - ANDAVADOAKA

Jour 11. C’est reparti pour 10 heures de 4x4 ! Nous effectuons cette fois-ci le trajet reliant Manja à Andavadoaka. Traversée de bac d’une durée d’une dizaine de minutes, avant d’entamer la piste.
Nous sommmes ici en présence d’une végétation sèche, une savane ponctuée d’arbres par endroit.
Au fur et à mesure de notre avancée, les arbres sont plus nombreux, tout comme les personnes que nous pouvons rencontrer. Les couleurs changent aussi, faisant peu à peu place à un vert plus éclatant et à des villages typiques.
A l’approche de Morombe, les baobabs constituent toujours l’essentiel du paysage. Morombe est célèbre pour son baobab géant, d’une circonférence de presque 20 mètres. Sur la route d’Andavadoaka, nous passerons par une forêt de baobabs… Comme sur l’Allée des Baobabs, des arbres majestueux qui flirtent avec le ciel. Le rêve éveillé pour les visiteurs…La sensation de l’infime importance de l’être humain face à l’immensité de la nature…
A Andavadaoka, votre guide vous installera à l’hôtel pour la nuit.

J12 – ANDAVADOAKA – SALARY

Jour 12. Avec votre chauffeur accompagnateur, vous continuez votre traversée en 4x4. Direction : Salary, petit village des pêcheurs Vezo. Nous empruntons une piste sableuse pour un trajet de deux heures.
En quittant le village d’Andavadoaka, la piste que nous avons à traverser est relativement en bon état, avec autour, un paysage essentiellement constitué de végétation sèche. Par endroit, nous rencontrons quelques habitations, des cases traditionnelles, faites essentiellement de bois.
Nous sommes toujours dans l’univers des baobabs et pouvons en découvrir de différents types, notamment le baobab tatoué, sur lequel la nature a dessiné courbes, formes et lignes.
A votre arrivée à Salary, petit village de sable blanc et de maisonnettes en bois, votre guide vous installera à l’ hôtel.
L’après-midi sera libre : vous pourrez vous reposer, après ces plusieurs jours de voiture…ou visiter les environs.

J13 au J14 – SALARY

Nous passons ces deux journées à Salary, pour que vous puissiez pleinement profiter de la quiétude, de la mer, du sable fin, de la beauté des paysages.
Plages paradisiaques, bleu couleur émeraude du Canal de Mozambique, barques de pêcheurs voguant sur une eau d’une pureté inégalable, femmes Vezo occupées à leurs diverses activités… Vivez à fond le dépaysement et la quiétude de la Grande Île, île de rêve !
Possibles activités : sorties en mer, safari baleines entre fin juin et fin septembre, découverte des tribus Mikéa…et bien sûr, détente à la plage !
Vous passerez la nuit au même hôtel.

J15 - SALARY – TULEAR – RANOHIRA

Jour 15. C’est parti pour 5 heures de route de Salary à Tuléar, en longeant la côte ouest ! Nous empruntons une piste sablonneuse, en bord de mer.
En route, nous croisons quelques petits villages dont les maisons sont souvent en bois . La végétation est bien présente, verdoyante par endroit, sèche à d’autres.
La vue sur la mer est parfois surprenante et nous offre un spectacle extraordinaire.
Nous atteignons ensuite la ville de Tuléar, connue pour son climat chaud . C’est la plus importante ville du Sud, longée par une barrière de corail. Dans l’architecture de la ville persiste l’héritage colonial.
Après Tuléar, nous prenons la RN7 en direction de Ranohira. Nous quittons ainsi les côtes, pour nous diriger au pied du massif de l’Isalo. Fin des routes sablonneuses et des pistes en tout genre, nous revoilà sur de l’asphalte pour un bon moment. Nous nous retrouvons alors dans un milieu semi-urbain à la sortie de Tuléar, où taxi-brousses et vélos constituent nos principales rencontres. Puis, la nature à nouveau domine, nous baignant ainsi dans l’atmosphère sèche et aride de cette zone. Au fur et à mesure de notre avancée, la couleur terre de la Grande Ile est de plus en plus forte et s’ajoute à la couleur paille de la savane. Nous sommes à nouveau au cœur de l’Île Rouge, sur une route droite, avec en fond de paysage, une vue sur les reliefs.
Nous traversons Ilakaka, la ville des mines de saphirs. Dans cette ville, chercheurs de pierres précieuses oeuvrent toute la journée dans ces mines ressemblant à de profondes crevasses dans la terre, autour desquelles des escaliers ont été aménagées et forment ainsi des sortes de pyramides inversées. Les pierres extraites sont travaillées par des artisans pour en faire des bijoux mais souvent exportées aussi.
Quelques kilomètres plus loin, nous voici à Ranohira, village situé au pied du Massif de l’Isalo, et à proximité d’une rivière.
Après votre installation à l’hôtel, direction : la fenêtre de l’Isalo. Ressemblant à une immense construction en pierre probablement abandonnée, il s’agit pourtant d’une sculpture naturelle, située à une vingtaine de kilomètres au sud de Ranohira.
Au coucher du soleil, les derniers rayons passent à travers la « fenêtre », créant ainsi une atmosphère féérique. Nous profitons de ce moment où l’astre s’incline dans toute sa majesté, avant de retourner à l’hôtel pour la nuit.

J16 - PARC NATIONAL DE L’ISALO

Au cours de la visite du parc de l’Isalo, on croise ces statues de grès décimées par les eaux, le sable et le vent, aux formes si variées qu’elles ont été baptisées par les guides touristiques de différents noms plus ou moins originaux. Ces hautes murailles qui se projettent vers le ciel abritent une flore de climat tropical chaud telle que pachypodiums, euphorbes, aloès, kalanchoes, tapia… entre autres mais aussi une faune endémique à Madagascar : reptiles de rochers, caméléons,lémuriens tels que le Lémur fulvus, le propithèque et le Lémur catta.
La visite des merveilles du parc de l’Isalo se décline en plusieurs circuits sur mesure : piscine naturelle, crête, canyon Namaza, piscine bleue et noire en passant par la cascade des nymphes.
Véritable oasis au milieu du désert, la piscine naturelle où se jette une cascade d’eau tiède, est très appréciée des visiteurs qui n’hésitent pas à y plonger. Détente garantie !
Le circuit canyon de Namaza à travers des sentiers plutôt sportifs débouche sur un plan large où forêt, piscine bleue et noire, cascade des nymphes…apparaissent en toile de fond. Il est aussi possible de s’y baigner.
Le déjeuner pique nique au cœur du parc même, au pied des massifs de l’Isalo, offre la garantie d’un dépaysement total que l’on ne peut vivre qu’à Madagascar.
Nuit au même hôtel.

J17 - RANOHIRA – FIANARANTSOA

Jour 17. Nous continuons sur la RN7, cette fois en direction de Fianarantsoa pour environ cinq heures de route. Troupeaux de zébus, retour des maisons en terre dans cette région qui nous changent de l’architecture en bois des zones côtières.
Allant vers le nord, nous nous retrouvons dans une atmosphère où la sécheresse laisse peu à peu place à la terre couleur rouge et aux rizières de part et d’autre de la route.
A l’abri des masses rocheuses, nous découvrons le village Anja, au sud d’Ambalavao. Exemple-type de l’émergence de l’écotourisme, Anja est connu pour ses lémuriens à la queue rayée, sa flore très particulière due à la sécheresse, mais surtout pour son groupe de rochers qui abrite depuis deux siècles des grottes qui servaient de cachettes aux Betsileo pendant la guerre, ou de tombeaux aux chefs des tribus Betsileo.
Le parc villageois d’Anja est une réussite en termes de gestion locale. La nature y est accueillante, les paysages y sont spectaculaires.
Nous poursuivons notre route vers l’atelier de fabrication de papier Antemoro d’Ambalavao. Les femmes s’appliquent à l’ouvrage, confectionnent le papier à partir de la pâte et le décorent soigneusement avec pétales, feuilles et tiges, déjà minutieusement choisis et triés. Puis, elles laissent chaque feuille sécher.
Après la partie artisanale de la promenade du jour, nous allons vers la cave à vin du Lazan’i Betsileo. C’est dans le pays Betsileo que l’on trouve l’essentiel des vignobles malgaches. Avec une production destinée à la consommation nationale, l’entreprise viticole utilise les moyens dont elle dispose, passe notamment par la récupération de bouteilles – l’île ne disposant pas de verrerie-, et produit un vin destiné à être rapidement consommé. Prochains objectifs des caves à vin malgaches : celui d’une meilleure qualité et celui d’une possible ouverture vers l’exportation.
Fianarantsoa. Nous voici dans la vieille ville et la haute ville, cœur de Fianarantsoa, mais surtout, parties constituant l’origine de sa construction du temps de la reine Ranavalona I au XIXème siècle.
Votre guide accompagnateur vous installera à l’hôtel. Nous repartons le lendemain, en train.

J18 – FIANARANTSOA – MANAKARA (EN TRAIN)

Jour 18. Gare de Fianarantsoa. Trains rares mais une gare imposante.
Avant tout, nous préparons quelques provisions pour la route.
Le réseau ferroviaire est quasi- inexistant dans la Grande Ile, le trafic est moindre. Nous sommes loin des moyens de transport du monde occidental. La lenteur du vieux train nous permet d’apprécier le voyage et d’admirer le paysage verdoyant et luxuriant, dans une ambiance bon enfant. Ravinala, arbres du voyageur, et rizières à volonté, collines à l’infini au loin, cascades… villageois, marchands –de fruits notamment- à chacune des dix-sept gares par lesquelles nous passons…vous êtes ici au cœur de l’île de rêve et rencontrerez la population locale de cette région.
163 kilomètres plus tard, nous voilà à Manakara, où nous passerons deux nuits et une journée.

J19 – MANAKARA ( CANAL DES PANGALANES)

Partons à la découverte du Canal des Pangalanes !
La journée débute par une marche tranquille jusqu’au vieux pont, l’embarcadère pour la balade en pirogue sur le Canal des Pangalanes.
L’équipage pour la journée nous accueille.
Nous commençons par l’achat des poissons fraîchement pêchés et langoustes, pour le pique-nique du midi.
C’est parti pour la traversée ! Nous voici en pirogue sur le canal artificiel le plus long de la Grande Ile, d’une longueur de 700 kilomètres, reliant Farafangana à la ville de Tamatave. Autour du Canal, le paysage est verdoyant. Nous rencontrons par moment des villageois. Les pirogues font des aller-retour le long du Canal, se frayant parfois un passage entre les roseaux. Quelquefois, l’eau n’est pas assez profonde. Alors, les piroguiers cessent de ramer et se mettent à pousser la barque. La majesté des ravinala, l’arbre du voyageur, constitue l’essentiel du paysage au loin. Lorsque nous nous approchons, nous pouvons découvrir tous les bienfaits que peuvent apporter cet arbre à la population locale.
Nous nous arrêtons au « Trou du commissaire », notre lieu de pique-nique. A quelques kilomètres de Manakara, cet endroit est aussi un hâvre de paix. Mer protégée par la barrière de corail, sable fin, tout est là pour un pique-nique au calme. Poissons et langoustes grillés…tout cela très frais… que du bonheur !
D’ailleurs, nous visitons aussi les petits villages de pêcheurs aux alentours et avons la possibilité de croiser très souvent des enfants insouciants, amusés par la présence de touristes.
Baignade et détente dans l’Océan Indien… vous profiterez du calme et de la tranquillité de la mer.
Suite du programme : visite d’une distillerie artisanale d’huiles essentielles, où nous découvrons les méthodes et efforts nécessaires afin d’obtenir l’huile la plus pure possible.
Dans l’après-midi, retour à Manakara par le Canal des Pangalanes, au rythme des chants des piroguiers. Ces voix s’élevant dans la nature gravent en général ce moment précieux dans les souvenirs des visiteurs.
Nous retrouvons l’hôtel de la veille.

J20 – MANAKARA - RANOMAFANA

De Manakara, nous remontons jusqu’à Ranomafana, village au pied du Parc National de Ranomafana. Nous voilà partis pour 180 kilomètres de route, soit 4 heures de voiture !
Nature verdoyante cachant une faune exceptionnelle, route parsemée de Ravinala… nos yeux ont de quoi s’émerveiller tout au long du trajet.
Après votre installation à l’hôtel, nous nous dirigerons vers la piscine thermale. Au milieu de cette forêt humide abritant une douzaine d’espèces de lémuriens, presque une centaine d’espèces de papillons, mammifères, reptiles, poissons, etc… Les eaux thermales de Ranomafana sont réputées pour les bienfaits qu’elles procurent, grâce à leur chaleur naturelle qui se maintient à 38 degrés. Un moment de bien-être et de détente sans égal.
Nous retournons ensuite à l’hôtel pour la nuit.

J21 - RANOMAFANA – AMBOSITRA

Très tôt le matin, cap sur Ambositra, capitale de l’artisanat malgache.
Après votre installation à l’hôtel, vous aurez l’après-midi libre pour découvrir la ville à votre guise !
Ambositra est célèbre pour ses sculptures sur bois, qui ont la particularité de s’inspirer de l’art zafimaniry.
Ambiance pousse-pousse, architecture mêlant maisons malgaches traditionnelles anciennes, à des éléments plus modernes, et aux alentours, rizières en escaliers…Ambositra est à l’image de la vie semi-urbaine de la Grande Île.

J22 - AMBOSITRA – ANTOETRA – ANTSIRABE

Jour 22. Tôt le matin, nous partons en direction d’Antoetra, la capitale du pays Zafimaniry, pour un trajet aller et retour d’environ cinq heures. Nous visitons un village aux alentours, Ifasina, réputé pour la qualité de ses œuvres en bois inspirées de l’art Zafimaniry. Si on se rend en pays zafimaniry, c’est surtout en raison de l’art dont la renommée a dépassé les confins de son territoire. Les maisons des villages zafimaniry sont typiques et originales. Aucun clou, aucune vis ne retient les planches entre elles. Portes, fenêtres sont sculptées de même que les meubles.

Dans l’après-midi, nous continuons tranquillement notre route jusqu’à Antsirabe.
Antsirabe, troisième plus grande ville du pays située à plus de 1400 mètres d’altitude et où les matins d’hiver austral sont sans doute les plus froids du pays mais aussi les plus chaleureux. Ville des pousse-pousse aux couleurs vives, aux décorations et aux noms pleins d’humour, ville à l’achitecture coloniale bien conservée, ville de la quiétude, ville des balades et ville des traditions, Antsirabe ne pourra que vous séduire.
Pour terminer la journée, nous partons pour une petite balade en pousse-pousse pour visiter la ville.
Vous serez installés à l’hôtel pour la nuit.

J23 – ANTSIRABE – ANDASIBE

Jour 23. Nous partons dans la matinée pour Andasibe en repassant par la capitale. Puis, Route nationale N°2. Cap sur Andasibe.

Si le trajet dure plusieurs heures, vous ne verrez pas le temps passer tant la diversité des paysages et la végétation vous captiveront. Ici, la nature a repris tous ses droits. Les vastes étendues de verdure et de forêts contrastent avec la ville. Une nouvelle fois, les ravinala, arbres du voyageur, se dressent au cœur de la végétation et agitent doucement leurs feuilles disposées en éventail, comme pour vous saluer.

Installation à l’hôtel pour la nuit. La visite du parc est prévue pour le lendemain.

J24 – ANDASIBE

Au programme de ce 24ème jour de voyage dans la Grande Ile, la visite du parc villageois VOI, à quelques encablures du Parc National d’Andasibe-Mantadia. Dans cette forêt, perché dans un arbre, vit le Indri-indri, le plus grand des lémuriens. Monogame, le Indri-indri a un sens très poussé de la famille. On peut aussi y rencontrer le brookesia, le plus petit caméléon de Madagascar. Ce caméléon n’est pas arboricole mais terrestre et présente un fort mimétisme avec son environnement. Autre particularité de cette forêt : elle abrite le scarabée giraffe, une espèce qu’on ne trouve qu’à Madagascar. Votre guide touristique vous expliquera sûrement que son nom, sans surprise, lui vient de son long cou.

Le petit tour au village d’Andasibe que vous effectuerez ensuite vous permettra d’avoir une idée des modes de vie de la population locale de cette zone.
Pendant plus d’une heure ensuite, vous découvrirez la réserve Vakôna, l’îlot aux lémuriens où vous rencontrerez d’autres espèces : le fulvus, le lemur bambou, le vari. Ils vous traiteront avec beaucoup d’amitié voire de familiarité en sautant par exemple sur vos épaules. Cette réserve renferme aussi un parc à crocodiles, hormis le « fosa » qui est un prédateur de lémuriens, le boa de Madagascar et des canards sauvages.

Vous passerez la nuit à l’hôtel, bercé par le murmure des feuilles, qu’agite le souffle léger du vent dans un environnement de verdure.

J25– ANDASIBE – TAMATAVE

Jour 25. Toujours sur la RN2, direction Tamatave, ville portuaire tout à l’est de la Grande Île, donnant sur l’Océan Indien !
Le trajet dure environ quatre heures. Les collines au vert infini constituent le décor de notre voyage.
Avec ses nombreux tournants et son trafic élevé, cette route est celle des camionneurs, transportant diverses marchandises jusqu’au port.
Une nouvelle fois, le ravinala, l’arbre du voyageur, émerge de la végétation. Nous sommes ici dans une zone humide, où la nature nous offre aussi un spectacle unique.
Arrivé à Tamatave et une fois installés à l’hôtel, vous pouvez faire un petit saut au marché « Bazary Be » de Tamatave. Le « Bazary Be » de Tamatave est un pittoresque marché qui s’étale sous un hangar compartimenté où se jouxtent fruits et légumes, produits de l’artisanat, gargotes.Vous plongerez en visitant ce marché dans l’ambiance des marchés populaires bruyants et encombrés.

J26 – TAMATAVE – SAINTE MARIE – ILE AUX NATTES

Direction Sainte Marie, une petite île de rêve près de la grande île de rêve. Départ très tôt par route avec les voitures de la compagnie El Condor à destination de l’embarcadère de Mahambo pour Sainte Marie . Selon l’état de la route, ce voyage-aventure dure 2H30 mn. Une fois à Mahambo, les passagers et leurs bagages sont pris en charge pour être embarqués sur le bateau. Après une traversée de 3 à 4h jusqu’à Sainte Marie, le transfert d’une durée moyenne de 20 minutes jusqu’à la pointe Sud de l’Ile, où se situe l’Ile aux aux nattes, se fait soit en taxi, ou en tuctuc nouveau moyen de locomotion en vogue dans de nombreuses localités de Madagascar. Puis, pour être dans le ton des couleurs locales, en pirogue pendant 25 minutes, jusqu’à l’hôtel où vous vous installerez pour passer la nuit.

J27, J28 – ILE AUX NATTES

Journées de liberté donc à l’Ile aux nattes, où vous pourriez choisir l’activité ou le loisir qui vous enchante : sortie en mer, safari balaine, en fonction de la saison toutefois car le ballet des baleines se passe généralement de juillet à septembre, petit tour de l’île aux nattes en pirogue ou à pied, plongée sous marine, tour de l’Ile Sainte Marie en moto…Le cadre de cette journée- la mer et les plages paradisiaques- comblera vos rêves d’évasion et votre quête de beauté. La limpidité de la mer que viennent parfois strier des vagues, les plages bordées de cocotiers, le sable fin, la rencontre inopinée avec quelques lémuriens juchés sur les arbres, l’abondante végétation qui rafraîchit l’atmosphère…vous rappellent qu’ici encore vous êtes à Madagascar, île de rêve.

J29 – ILE AUX NATTES – SAINTE MARIE – ANTANANARIVO

Vous quitterez l’Ile aux nattes, la tête pleine d’images enchanteresses mais bien réelles pour rejoindre Sainte Marie.
Au programme de cette journée, votre transfert à l’aéroport de Sainte Marie où vous prendrez l’avion pour Antananarivo, la capitale, principal point de départ des vols internationaux.
Notre chauffeur accompagnateur vous accueillera à l’aéroport international d’Ivato, et vous accompagnera à l’hôtel où vous serez installé.

J30– ANTANANARIVO - PAYS D’ORIGINE

Selon l’horaire du vol prévu pour votre retour dans votre pays de destination, notre chauffeur accompagnateur assurera votre transfert vers l’aéroport. En fonction du temps dont vous pourriez disposer, il se fera un plaisir de faire une halte au marché artisanal situé sur la route de l’aéroport, si voulez emporter avec vous, outre toutes ces images et ces émotions que vous avez vécues dans cette île de rêve, des produits artisanaux malgaches en guise de souvenirs de Madagascar… à offrir et à s’offrir…
FIN DE NOS PRESTATIONS